Archives pour la catégorie Non classé

Mai 2015 : les achats indirects impactent directement votre marge nette

Bonjour,

Pour ce mois-ci, j’ai préféré ouvrir le dossier des achats indirects, ou les achats qui ne sont pas directement utiles à votre production et donc non stratégiques. Ils représentent entre 15 et 50% du volume des achats et entre 10 et 25% de votre CA achats.

Parmi toutes ces dépenses, vous y trouvez les achats liés à vos locaux (la location des locaux, le nettoyage, la sécurité…), les transports, les emballages, l’énergie, la masse salariale, les charges sociales, les assurances, les frais généraux, les outillages, les déplacements, les voitures de société… la liste n’est pas exhaustive.

La réduction de ces dépenses impact directement votre marge nette.

Donc, la réduction des achats indirects

=

l’augmentation de votre marge nette, donc de vos investissements. Les leviers sont donc importants pour chacune de nos PME de Haute-Savoie.

Optimiser ces achats hors production dépend de votre organisation interne. Vous pouvez vous poser ces quelques questions :

  • qui passe les commandes pour ces dépenses?
  • ces « acheteurs ponctuels » ne pourraient-ils pas dégager ce temps pour se concentrer sur leurs métiers?
  • votre service achats a-t-il la capacité d’absorber cette activité?

Vous pourrez alors juger de la maturité de votre service achats pour gérer les achats indirects.

Pour optimiser ces achats indirects, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  1. Faire un inventaire par les achats. Vous pourrez alors dégager des économies de volume. Je m’explique : pourquoi acheter une visseuse pour chaque service? Une machine de meilleure qualité et commune à tous pourrait très bien faire l’affaire (ou 2 si les besoins sont importants). Cette rationalisation interne vous permet de réduire le cout d’achats mais également les couts de maintenance ou de réparation et de consommable.
  2. Centraliser les commandes au services achats afin de faire marcher le levier du volume. Un exemple : les achats négocient avec quelques fournisseurs des volumes ainsi que des accès internet sur leur e-catalogue. Cette centralisation est particulièrement efficace pour les consommables. Vous économisez ainsi sur les prix d’achats mais également sur les couts de transport en groupant les livraisons des différents clients finaux.
  3. Limiter le temps passé à gérer ces achats et réduire un maximum les litiges qui sont chronophages pour les services réception marchandise, achats et facturation.

Je vous invite activement à vous pencher sur ces achats indirects : les gains d’optimisation sont importants. La réussite de ce projet dépend beaucoup de votre organisation et de votre volonté à centraliser ces dépenses. Ces commandes sont souvent passées par plusieurs services de l’entreprise : le marketing – communication pour l’impression des outils de communication, l’informatique pour le parc d’ordinateurs/imprimantes/téléphonie, les RH pour l’intérim, les machines à café, les déplacements et voitures de location, les formations, la production pour l’outillage…

Centraliser les besoins et négocier avec plusieurs fournisseurs est l’une des missions des achats pour optimiser les couts mais également les flux de marchandises. Dans ces achats indirects se placent l’énergie. Le marché de l’énergie pour les professionnels est ouvert à la concurrence européenne depuis quelques années. Le 1er janvier 2016, les contrats GDF passeront automatiquement à l’offre de marché par ce fournisseur de gaz si vous n’avez pas souscrit un contrat auprès d’un autre fournisseur. Je vous invite donc de vous y pencher rapidement avant la prochaine hausse annoncée pour l’électricité, pour cet été.

Je vous propose de lire un article qui reprend ce thème sur le journal du net, en date de juin 2014. Le thème est toujours d’actualité, donc un article datant d’il y a un an me semble toujours d’actualité! Un seul bémol d’après moi : l’auteur annonce que 10 % d’économies sur les achats indirects peuvent produire jusqu’à 50 % d’augmentation de la marge brute ! Ce 50% annoncé me parait important et dépend beaucoup du domaine d’activité dans lequel vous évoluez, votre organisation actuelle et votre volonté à y arriver. Le lien est article achats indirects JDN.

Bonne lecture et à bientôt!

Alexandra

Avril 2015 : Alexandra Bourry à la CCI le 28 mai prochain

Bonjour tous,

La CCI de Haute-Savoie m’a invitée à animer le petit déjeuner le 28 mai 2015, de 8h30 à 10h, sur le thème des achats.

Nous aborderons les rôles de l’acheteur, la préparation d’une négociation avec son partenaire, la qualité de ses approvisionnements  et je vous soufflerai 6 astuces pour mieux acheter !

Venez nombreux nous rejoindre!

Voici le lien pour vous inscrire sur le site de la CCI : ici

Mars 2015 : la RSE et les achats

Le Forum des achats responsables a eu lieu à Paris, le 10mars dernier.

Je relaie l’information car, à mon sens, l’information donnée par les grands groupes est cette fois adaptée à nos plus petites PME. En effet, les contraintes et objectifs sur le thème de la RSE, constatés durant ce forum sont identiques à ceux rencontrés par nos PME locales. A savoir :

  • le coût dû aux retards de paiement des fournisseurs est important tant financièrement qu’humainement
  • le manque de moyens de mesure des actions effectuées par les acheteurs; d’ou un manque de visibilité en interne : acheteurs : mettez en place des indicateurs de mesure pour que les salariés de votre entreprise connaisse mieux votre métier!
  • des objectifs pas toujours en accord entre les achats et la Direction de l’entreprise

Il y a cependant beaucoup de points communs positifs entre les plus grands groupes et nos PME locales, concernant toujours la RSE : selon une étude conséquente, 87% des responsables achats interrogés pour ce forum affirment déjà intégrer la RSE dans leurs pratiques achats au quotidien ! Voici les critères retenus :

1‐ La maîtrise durable des coûts et des risques

2‐ Le respect de l’environnement

3‐ La politique d’achats responsables dans sa globalité

4‐ Le délai de règlement des fournisseurs

5‐ La responsabilité sociale

Nos PME ont également ces critères dans leurs démarches achats. C’est bon signe! Continuons ainsi!

Je vous laisse le soin de lire ce résumé sur ce forum des achats responsables ici.

A bientôt!

Alexandra

nuage de mots arbre : RSE

Avril 2014 : l’impression 3D : une révolution pour demain?

Je vous laisse le soin de lire cet article sur le site de l’usine nouvelle sur l’évolution de l’impression 3D. Ces imprimantes fabriquent des objets dans les matières plastiques mais également du métal, du verre, de la céramique, et n’importe quel autre matériau qu’il est possible de réduire en poudre afin de le fritter (chauffer jusqu’à souder, mais sans atteindre la fusion) par laser.

Cette nouvelle forme de fabriquer des objets est annoncée comme une révolution pour les prochaines années. Des logiciels permettent désormais de fabriquer des lots de production et non plus juste des prototypes.

Ces impressions permettent d’obtenir, en une seule étape et sans assemblage ni peinture, un objet aussi proche que possible du produit final.

Quid de nos méthodes de production actuelles dans le décolletage, dans le future? L’industrie doit s’adapter et se réinventer avec ces nouveaux modes de production.

Bonne lecture!

pour lors l’article de l’Usine Nouvelle : c’est ici!

 

Mars 2014 : la déréglementation de la fourniture d’énergie est pour bientôt!

GAZ

Le marché sera complètement libéralisé le 01/01/15 pour les entreprises consommant > 200’000kwh/an.

Des fournisseurs privés offrent déjà des tarifs plus compétitifs que ceux de GDF Suez.

ELECTRICITE

L’acheminement est effectué dans tous les cas par GRDF et ces couts peuvent être facturés directement par le distributeur d’électricité mais seront toujours identiques.

La fourniture d’électricité est ouverte à la concurrence depuis 2007. Pour les entreprises, le tarif régulé imposé par l’Etat au fournisseur historique ne sera plus valable dès le 01/01/16. En attendant cette date, il est important d’anticiper la libre concurrence, d’analyser les offres existantes et éventuellement de signer un contrat sur 12 ou 24 mois. En effet, EDF augmente ses tarifs chaque année de 3% en cours d’été. Même si le prix négociés avec un fournisseur alternatif est un tarif identique à celui d’EDF aujourd’hui, le tarif est fixé pour toute la durée du contrat et peut donc ainsi être inférieur au tarif réglementé en cours de contrat. L’entreprise qui anticipe cette déréglementation peut donc profiter de la libéralisation de ce marché et obtenir des prix de l’énergie moins chers.

L’analyse des factures en tarif vert ou jaune en tarif réglementé n’est pas facile : en effet, les heures de consommation creuses, pleines, de pointe, d’hiver et d’été, les multiples taxes, l’acheminement et la TVA.

Il faut être vigilants afin de comparer les prix proposés par les fournisseurs privés avec le prix facturé aujourd’hui par EDF et ne pas avoir de surprise lors de la 1ère facture.

ABHA vous propose d’analyser vos consommations et de vous accompagner vers une alternative en gaz et en électricité.

Le marché s’ouvre à la concurrence : profitons-en!

 

en pièce jointe : un article des ECO des payse de Savoie, de février 2014. Les pouvoirs publics analysent eux-aussi leurs consommations pour ANTICIPER cette libéralisation des marchés de l’énergie.

echodesSavoiesFev14

Novembre 2013 : Ca bouge du côté du temps partagé!

Avec la semaine du temps partagé organisée par la Fédération française du temps partagé dès le 12 novembre, les informations à destination du grand public et des entreprises se multiplient.

Sur France info, le 4 novembre 2013, voici les infos que je retiens :

Les temps partagé permet à des cadres seniors de retrouver de l’activité même partielle. Ce mode de travail permet également à des cadres plus jeunes de travailler différemment : plus d’autonomie auprès de plusieurs employeurs et plusieurs domaines d’activité. Je me reconnais plus dans cette définition-ci!

Les avantages pour les TPE/PME qui n’ont pas les moyens financiers d’avoir à leurs côtés un cadre salarié à 100%, sont multiples et déjà bien expliqués dans les rubriques de ce site :

  1. L’entreprise peut ainsi avoir des compétences expertes
  2. Disponibles rapidement
  3. au juste temps et au juste cout
  4. le temps partagé s’inscrit dans la durée

==> Cette formule sur mesure répond à 100% à l’adéquation temps/besoins pour l’entreprise. Le chef d’entreprise peut ainsi se dégager du temps afin de se consacrer à son coeur de métier.

Les fonctions les plus développées sont des fonctions support: les RH, finances, administratifs, achats, commercial, marketing, logistiques et qualité.

Pour écouter cette rubrique : c’est ici!

Le 14 novembre, l’article de cadres Dirigeants Magazine (lien) ajoute de l’eau à notre moulin avec ces informations-ci :

Le cadre travaille pour plusieurs TPE/PME (2,3 ou plus). Il conclut donc des contrats de temps partiel avec chaque entreprise ==> c’est le multisalariat.

Pour ma part, j’ai choisi le portage salarial et n’ai donc qu’un seul employeur.

Les 5 avantages pour le cadre :

  1. Permet de découvrir le marché caché : les besoins des entreprises ne sont pas (toujours) clairement exprimés mais sont bien présents. De nombreuses TPE/PME ignorent les opportunités qui peuvent répondre à leurs besoins.
  2. Favorise l’employabilité.
  3. Favorise le savoir-faire, diversifie les expériences. Pour les Seniors, c’est aussi l’opportunité de former des Juniors.
  4. Plus de sécurité : travailler pour plusieurs entreprises limite le risque d’inactivité.
  5. Développe les réseaux professionnels.

Les 5 avantages pour les entreprises :

  1. Permet de gérer les besoins au juste coût. Outre l’avantage pour l’entreprise d’optimiser plusieurs compétences en temps partagé, cette solution de travail lui permet de tester ou de lancer une nouvelle activité, à moindre coût.
  2. L’entreprise bénéfice de cadres expérimentés au même titre qu’une grande entreprise.
  3. Flexibilité et souplesse d’intervention.
  4. Permet de diversifier ses compétences en interne.
  5. Lui offre une vision élargie du cadre grâce à sa pluriactivité.

 Sur France 2, le 30 octobre sur les groupements d’employeurs (lien).

Nous remarquons dans ce reportage à destination du grand public, que dans cet exemple les clients du groupement sont majoritairement des hôteliers qui ont des besoins de non cadres, ce qui donc nous intéresse un peu moins.

Nous pouvons néanmoins souligner que le groupement emploie donc son salarié en CDI et le plus possible à 100%. Les clients quant à eux sont garantis d’une fidélisation et d’une relation de travail suivie avec le salarié du groupement.

La tendance du moment : Quid du temps partagé?, le 18 novembre sur BFM Business (lien)

Cette longue vidéo de 20mn nous éclaire sur quelques points :

Le temps partagé existe depuis 1986 et concerne entre 800’000 et 1,2M de salariés (GE, portage salarial ou plusieurs contrats).

Le temps partagé est un temps de travail CHOISI et non subi; ce qui le différencie complètement du temps partiel subi qui n’autorise pas de 2ème employeur (ie : emplois partiels dans la grande distribution).

Les syndicats sont vigilants aux conditions de travail de ces salariés.

Les avantages 1ers pour les entreprises sont la flexibilité, l’expérience, les compétences ainsi que le coût moindre par rapport à un cadre à 100%.

Le temps partagé est une approche différente du travail du CDI en mono-employeur.  Dans cette optique, des associations locales accompagnent les cadres dans cette transition et informent les PME sur cette forme du travail qui peut répondre à leurs besoins.

Il est à noter qu’une formation en DRH en temps partagé a ouvert ses portes en Bretagne en septembre. 1ère de ce nom! A suivre.

Mai 2013 : partager les managers ou le temps partagé

Un article intéressant pour les managers accompagnants les PME en temps partagé.

A mettre entre toutes les mains des chefs d’entreprises!

Il est intéressant de constater que les habitudes de travail changent et s’est tant mieux pour nous!

==> les PME font de plus en plus confiance aux managers en temps partagé.

Les + cités dans cet article des Echos :

  • Coûts maîtrisés
  • LA compétence nécessaire
  • Flexibilité en terme de temps de présence au sein de la PME

Les principales compétences proposées par les managers en temps partagé sont les DRH, les commerciaux, les qualiticiens, les acheteurs et les acteurs de la supply chain.

Nous pouvons y ajouter les compétences en finance, marketing et informatique.

Les groupements d’employeurs ainsi que les sociétés de portage salarial accueillent ces compétences.

Je fais confiance à RH Solutions : http://www.rh-solutions.com

Lien de l’article : c’est ici!

ABHA vous souhaite un très bel été!

 

Décembre 2012 : belles perspectives pour les métiers du conseil!

Bonjour!

Même si l’information n’est pas toute fraîche, cela fait du bien de relire ce constat : l’évolution du conseil est estimée à +10% d’ici à 2016! Soit 155’000 emplois en équivalents temps plein.

Belles perspectives pour nous, accompagnants : nos métiers peu délocalisables sont à forte valeur ajoutée.

C’est important de se le redire régulièrement!

Source : http://www.journaldunet.com

Plusieurs solutions s’offrent à nous en terme d’hébergement juridique : le portage salarial, le statut d’auto-entrepreneur même si les règles changent pour cette catégorie d’entrepreneurs : la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 prévoit d’aligner les charges sociales de l’auto-entrepreneur à celui des TNS : soit pour un libéral, ses charges passeraient de 18,5% à 21,3%.

% qui sont encore loin des 46% (charges patronales et salariales) que nous connaissons en portage!

Source : http://www.journaldunet.com

ABHA vous souhaite de passer de très belles fêtes de fin d’année en famille et entre amis!

 

octobre 2012 : ce que pensent les PME/TPE des cabinets de conseil

Un article est paru dans les Echos le 19 octobre dernier sur les relations entre les chefs d’entreprises de TPE/PME françaises et les cabinets de conseils et indépendants en accompagnement.

Il nous reste beaucoup à faire, nous accompagnants, pour augmenter notre notoriété!

Les chefs d’entreprises français sont frileux et parmi les freins identifiés celui de la croyance d’avoir les compétences en interne est mis en avant. Or quelle PME (et de surcroît TPE) peut prétendre avoir en interne des compétences aussi pointues qu’un fiscaliste spécialisé dans les affaires patrimoniales, par exemple?

Autre point abordé par cette étude : la confiance en l’accompagnant, son expertise, ses compétences et ses références sont des atouts qui importent davantage que le prix de la prestation. La difficulté pour le chef d’entreprise est l’évaluation du juste prix et le retour sur investissement.

Conclusion heureuse : dans les pays anglo-saxons, 30% des entreprises ont recours à l’accompagnement externe contre 10% aujourd’hui en France!

Bonne lecture!

Source : http://entrepreneur.lesechos.fr

 

Retour à la page d’accueil

Octobre 2012 : Ca bouge du côté des achats publics !

Plusieurs articles sont publiés en ce mois d’octobre dans la presse spécialisée, au sujet de l’organisation des achats publics et des économies effectuées.

Tout d’abord, l’état des lieux et l’organisation de 5 Ministères et établissements publics dans Profession Achats, titré Une matinée pour plancher sur les Achats Publics, en page 30.  Ensuite,  Les achats de l’État ont réalisé 304 millions d’euros d’économies en 2011, en ligne sur Décision-Achats.fr (lien direct en fin d’article). Ce dernier article ne nous donne pas de détails sur les familles d’achats ciblées par ces économies, mais à néanmoins le mérite de mettre en avant le besoin de PROFESSIONNALISER LA FONCTION ACHATS  dans le public !

Les 1ers acheteurs publics ont été recrutés par Francis Mer lors de son arrivée à Bercy en 2002. On parlait alors de « procédurier ». Depuis lors, le code et l’introduction du délit de favoritisme ont fait évoluer la profession et sa reconnaissance.

Le SAE (Services des Achats de l’Etat) a été créé en mars 2009 et a pour objectifs de PROFESSIONNALISER LA FONCTION ACHATS dans le secteur public.

Le budget de l’ensemble des Ministères : 30 milliards d’€/an dont 18 pour l’armement. Les objectifs du SAE sont au nombre de 3 :

  1. Gains sur les achats publics
  2. Développement durable
  3. Accès des PME à la commande publique

 

Sur ces 304M d’€ économisés en 2011 (par rapport à 2010), les Ministères en tête :

  1. La Défense économise 119M€
  2. L’Economie et du Budget économise 58M€
  3. L’intérieur économise 49M€

 

Le SAE s’adresse à chacun des Ministères et aux plus gros établissements publics. Les outils utilisés sont notamment :

  • Une cartographie interministérielle basée sur les achats 2010
  • Une extension du système d’acquisition dynamique. Cet outil réservé en 2010 uniquement aux fournitures et désormais utilisés pour les prestations informatiques.
  • La dématérialisation
  • La politique voyage : réservation en ligne
  • Les achats responsables : formations pour les acheteurs publics

Le Ministère de la Santé représente 200 établissements en France et emploie 2 millions de personnes pour un budget achats de 25 à 30 milliards €/an. Même si les groupements d’achats sont très utilisés pour grouper et massifier les dépenses, les achats ne sont pas encore très bien identifiés. Hervé de Trogoff (responsable des achats hospitaliers du ministère de la Santé) précise que « les achats sont clairement un levier capable de redonner du souffle à des hôpitaux en difficulté ».

Le rôle des achats de la communauté d’agglomération de Reims est de globaliser les achats et de travailler le plus possible en mode projet.

Pole Emploi utilise quant à lui son département achats au niveau national afin d’élaborer les marchés nationaux et d’encadrer les 26 services achats régionaux. 3 indicateurs d’évaluation ressortent de ce service achats national :

  • Les gains sur achats réalisés
  • Le taux de satisfaction des clients internes
  • Les évaluations des fournisseurs.

Pôle Emploi a également recours aux enchères inversées pour les fournitures.

Malgré son statut de SA, la Poste garde de nombreux liens avec le Public. Ce groupe achète pour 5,5 milliards€/an. Un de ces récents projets phare est l’achat de 10’000 véhicules électriques avec l’UGAP (centrale d’achats publique).

A noter des efforts au niveau environnemental pour la Poste qui achète 100% de son papier recyclé et qui a une personne dédiée aux achats durables.Reste une contrainte majeure pour les TPE : comment répondre à des appels d’offre de taille nationale ?

 

Plusieurs programmes sont mis en place par le SAE :

  • Opér’achats qui s’adresse aux 75 établissements publics les plus importants.
  • Aïda a déterminé les bonnes pratiques et les gains potentiels sur 10 familles de produits
  • Calypso soutien les Ministères dans le domaine de la pub/com, abonnements, représentation/réception. Sur un total d’achats de 740M€/an, 54 opportunités de gains ont été identifiées pour une économie théorique de 122M€.

 

L’objectif du SAE pour 2012 est de maintenir ces 300M€ d’économies, la formation des acheteurs et LA PROFESSIONNALISATION DE LA FONCTION ACHATS.

 

Liens utiles :

http://www.decision-achats.fr/

http://www.professionachat.com (extrait uniquement : je peux envoyer l’article en .pdf si vous avez envie de le lire en entier)

www.operachat.fr

http://www.marche-public.fr

 

Notre dernière actualité sur les relations entre les accompagnants et les TPE/PME : cliquez ici!